Grande bibliothèque pour tout-petits

D’une saison à l’autre

Ce matin-là, le facteur m’a tirée du lit. Un matin tôt de ciel tout bleu et de belle lumière, il était venu m’apporter un livre. Ce livre.

Quand je l’ouvre, j’ai toujours ce réflexe de mettre mon nez dedans. La bonne odeur de papier. L’odeur du livre qu’on lit pour la première fois. Et cette double page, qui résonne comme en écho de ce petit matin en route vers le printemps  (c’était juste avant). C’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il était temps. Après quelques mois de réorganisation totale de ma vie, je continue de suivre les signes.  Ce petit matin, ce facteur, ce livre, ces pages m’ont chuchoté : “il est temps de faire ce que tu aimes”.

Depuis, il s’est volatilisé quelques mois… Mais les beaux albums continuent à vivre après leur sortie fort heureusement et il n’est jamais trop tard pour rappeler leur existence pour un doux moments de partage avec ceux que l’on aime, lovés sur un canapé ou sur les coussins de la bibliothèque alors…  Alors je vous embarque aujourd’hui pour un petit tour à travers 4 albums qui m’inspirent toutes ces saisons mélangées (tellement les saisons sont sens dessus-dessous depuis quelques années). 4 beaux albums poétiques que j’ai découverts ces derniers mois et qui je suis sûre vous plairont beaucoup !

Tout ce que j’aime, paru aux éditions Honfei, est donc arrivé parmi nous avec le printemps, avec ses merveilleuses aquarelles colorées et ses premières pages aux cerisiers en fleurs…

Une petite fille déclare que sa fenêtre, par laquelle elle voit tout un monde en mouvement, son monde, est ce qu’elle aime le plus au monde… “à part la confiture à l’abricot”, qu’elle aime le plus au monde… “à part ces chaussures”… S’en suit une série de choses préférées au monde… jusqu’à celle qui n’a pas de “mise à part”, la meilleure d’entre toute !

Outre le texte frais et délicieux que l’on partage avec plaisir à hauteur d’enfants, je trouve le travail d’illustration remarquable dans la richesse de ses cadrages. Le quadrillage de la vue par la fenêtre au début, les petites choses préférées présentées comme sur des petites photos carrés au dessus des textes avec la scène illustrant le propos comme une photo tirée d’un petit film très parlante.

Encore une merveille au joli message parue aux éditions Hongfei. Tout ce que j’aime, Mary Murphy, Zhu Chengliang, 2021

C’est l’été… Non ? Si si les enfants. Bon, croyez-nous sur parole on vous dit :D. Il est grand temps de sortir la bouée de derrière les fagots… Et c’est la délicieuse petite Mei qui l’a retrouvée ! Allez, quelques petits pas de plus, et une petite surprise vous attend pour partir à l’eau en bonne compagnie !

La bouée, de Baptistine Mesange aux éditions Cipango est un concentré de candeur enfantine sans niaiserie aucune qui fait beaucoup de bien dans le monde de l’édition pour les tout-petits. Il y en a si peu. J’ai eu l’occasion de le lire à plusieurs reprise avec des enfants à partir de 2 ans et les enfants aiment beaucoup ce livre (un enfant de cet âge qui n’accroche pas… s’en va. Ou te ferme le livre à peine commencé pour aller t’en chercher un autre. C’est plutôt direct). Nous avons également d’ailleurs Dans ma couverture, un petit album cartonné de la même autrice aux éditions Dyosol et idem, les enfants accrochent et nous aussi ! je suis une grande fan de cette artiste et de son trait de crayon tout en finesse et en douceur qui nous embarque directement en Poésie.

Bon, et puis… il faut le dire, j’ai une tendresse pour ce prénom. Mei, petite héroïne du film Mon voisin Totoro que mes petits garçons adorent, et mon petit Marin qui a une façon de parler et de se comporter qui lui ressemble tellement ! J’ai rencontré d’ailleurs au cours de ma carrière une petite Mei qui aurait été sûrement ravie de découvrir une petite fille dans un livre qui portait le même prénom qu’elle !

Quant à cette adorable petite bouée canard crochetée, qui par le hasard des datent a été fabriquée peu de temps après la sortie du livre, elle est de mon amie Camille (1000et1étoiles). On dirait qu’elle a été confectionnée tout spécialement pour l’accompagner n’est-ce-pas ?

Bon, maintenant, l’été, il est temps d’arriver d’accord ??????????

 La bouée, Baptistine Mesange , Cipango, 2020

La pluie, la pluie…  Puisqu’elle est omniprésente ces derniers jours malgré nos envies de jambes à l’air et de pieds nus, autant en parler avec poésie !

Dans le premier album en duo de Marie de Le Cuziat (dont je vous avais déjà parlé là) et Jeanne Gauthier, Mais où vas-tu petite goutte, vous allez suivre le voyage d’une petite goutte tombée du ciel et la course folle de la petite Nami qui ne veut pas en perdre une miette ! Une jolie balade au cœur de la nature qui vous fera aimer la pluie !

J’ai envie de dire un mot sur cette belle maison d’édition qu’est Cépages. Car dans ces Cépages-là, comme cela est bien décrit dans le catalogue de la maison, on cultive “la qualité et la variété des productions” pour récolter “des albums porteurs de sens pour tous ceux qui aiment découvrir et rêver”. Le tout, dans une démarche de soutien à l’économie locale et de façon éco-responsable puisque tous les livres sont imprimés en France avec des labels environnementaux. Une maison tenue par des personnes qui respirent l’humanité. Toujours un petit mot personnalisé de la part même de la directrice qui ne fait qu’ajouter de la valeur à ces petits bijoux d’ albums qui reflètent si bien l’état d’esprit de la maison. Dans leur catalogue, j’aime tous les albums (d’ailleurs, Baptistine Mésange dont j’ai présenté l’album juste au dessus en a illustré plusieurs pour la collection “Mes tendres feuilles”, “qui dessine de tendres métaphores sur les sujets sensibles de la vie”). J’avais présenté mon gros coup de cœur  pour le premier livre de Marie Le Cuziat, Houston ne répond plus, édité chez Cépages.

Un mot sur les autrices à présent. Car depuis, Marie Le Cuziat et Jeanne Gauthier ont créé Marguerette. Un concept bien à elles dans lequel elles mêlent leurs livres à des objets de papiers pour prolonger le plaisir dans les activités. Et un très beau livre a vu le jour suite à une campagne de financement participatif à laquelle je suis très fière d’avoir participé car c’est encore un joli coup de cœur dont je vous reparle bientôt : L’île aux crabes.

Mais où vas-tu petite goutte ? , Marie Le Cuziat, Jeanne Gauthier, Cépages, automne 2020

Avec ce début d’été les pieds dans l’eau qui a fait semblant d’être l’automne, et l’hiver qui s’était réveillé tellement tard cette année en nous apportant de la neige quand beaucoup de fleurs s’étaient déjà épanouies, nous sommes vraiment bousculés dans nos repères saisonniers. Je finis d’écrire ce billet avec la lueur d’une bougie qui danse à côté de moi parce que j’ai eu une subite envie d’en allumer une… et j’ai fini par remettre un gilet parce que la pluie a quand même fini par chasser la chaleur !

On apprend à danser sous la pluie, puisque nous n’y pouvons rien changer. Mais il est vrai que ces changements climatiques nous empêchent de prendre le temps de nous installer pleinement dans chaque saison et d’en profiter.

Dans cet album de Simona Ciraolo,  il est question des joies de l’été… C’est chouette l’été. Un petit garçon qui se rend compte pour la première fois de ces joies aurait envie que ces jours durent toujours… Mais sa grande sœur ne tarde pas à faire apparaître une ombre au tableau en lui révélant que cela ne durera pas. La chaleur laissera la place au froid et la lumière à l’obscurité et cela ne lui plaît pas… il s’amusait trop bien en été ! Mais voilà qu’un fois l’hiver arrivé, il ne se révèle pas aussi triste qu’il l’avait imaginé, et finalement comme il s’amuse beaucoup…

Édité à l’automne dernier chez L’école des loisirs, Si l’hiver arrive, dis-lui que je ne suis pas là est une belle ode aux petits bonheurs bien présents à chaque saison qui nous font les aimer toutes…  J’adore ce genre de livre. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la couverture aux gouttes de pluie qui brillent comme de l’eau et qui rendent l’image presque vivante. On entendrait presque les gouttes tomber (comment ça les vraies gouttes qui tombent depuis des jours se sont imprimées dans mes oreilles ? :D) avec ces personnes qui regardent tout en gris sans jamais s’arrêter derrière ce petit garçon qui campe un parapluie résolument optimiste bien décidé lui à arrêter un maximum le temps pour en profiter autant qu’il le peut !

Bon, allez, pas tout de suite quand même l’hiver hein, j’espère que nous allons pouvoir quand même profiter de nos journées d’été !! Dans ces temps encore et toujours tourmentés, je ne vous souhaite que des cœurs apaisés et qu’à défaut de saisons marquées, nous arriverons à profiter de beaux moments ou en tout cas, à permettre à nos enfants de se créer de jolis souvenirs…

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.